Ligue reconnue d'utilité publique. Fondé par Mademoiselle Sophie Niess en 1913
«Espèce de vache, sale porc, têtu comme une mule, poule mouillée, chienne de ta race» etc.

Pas un animal n’est épargné par ces noms d’oiseaux, ces expressions dont nous sommes si profondément imprégnés qu’elles nous échappent malgré nous.

Ce vocabulaire n’est pas seulement méprisant envers les animaux; il est aussi injuste: une vache n’est absolument pas méchante, un porc n’est sale que si ses hangars de confinement le sont, les mules qui reçoivent plus que leur lot de coups sont de bien dociles esclaves, les poules affrontent courageusement leur triste existence, et une chienne n’est pas une femme aux moeurs légères.

Ce non-respect n’est pas anodin: c’est au travers d’un assemblage linguistique que nous concevons notre pensée, que nous en tirons un sens puis une conscience que nous prétendons d’ailleurs être l’apanage des humains ; ce que nous appelons notre langage est le révélateur de la conception que nous nous faisons de la création et de la place que l’homme s’envisage d’occuper en ce nom. Ainsi, évoquer «l’environnement» plutôt que la nature montre à quel point l’anthropocentrisme domine notre présent système de pensée: l’environnement est ce qui entoure ce Dieu en lequel se reconnaît l’«Etre humain»; il n’est plus la nature, ce paradis perdu, oublié dans le règne du verbe incarné. A la suite de la religion qui déjà nous coupait de la nature en lui conférant un statut divin, la science nous a appris à n’y voir qu’une mécanique évadée du chaos et régie par des lois désincarnées.
 
 
Désormais nous ignorons la langue du monde, ou ne connaissons d’elle que les diverses traductions, religieuses ou mathématiques. Nos explications de la nature nous coupent d’une vraie conscience, parce qu’elles en nient la beauté. Aimer la nature, c’est y percevoir la manifestation d’une forme de solitude – sa solitude – que seuls parmi les poètes les animaux peut-être comprennentils encore. Notre explication des choses a fait de la vie un implacable désenchantement ; cela, chacun, presque en cachette de soi, le ressent intimement et nous jouons la partition glaçante d’une création disponible et corvéable à merci puisque pensée à l’état fonctionnel.

La condition animale est le témoignage silencieux de tout ce que nous avons égaré en chemin: nous qui prétendons les respecter ne soulagerons vraiment leurs souffrances qu’en contemplant avec effroi comment et à quelles fins la Nature a été enlevée des paysages de notre esprit.

Commentaires


Voulez-vous contribuer à notre forum?
Voulez-vous suggérer des articles et des idées?

envoyez-nous votre matériel ou contactez-nous pour plus d'informations
 
le Comité évaluera les contenus en harmonie avec notre Mission

Invitez les amis à visiter notre site web, partagez les liens et les articles sur les réseaux sociaux, utilisez les boutons "J'aime" et "G+1" !
Aidez-nous à faire connaître nos activités et notre engagement !

Placements Urgents

Je cherche une famille...

IMAGE

Guizmo

Ses beaux yeux bleus reflètent sa tristesse et c’est un SOS de désespoir que lance Guizmo. Manifestement habitué dans son jeune âge à recevoir...

IMAGE

Sweety

Jolie minette à la patte blanche… mais facile ! En effet, lorsque quelque chose la dérange, elle ne manque pas de se manifester par un rapide...

logoLigue Vaudoise pour la Défense des Animaux et contre la Vivisection
pour la défense des animaux exploités et maltraités

adresse :
Ch. De la Grangette 171
La Croix-sur-Lutry
CH-1090 Suisse
 
contact :
tel. (+41) 021 791 20 36
info [@] defense-animaux.ch

module de contact

 
horaires :
ouvert tous les jours
de 15h00 à 19h00
 
les images et le contenu des articles mentionnés ou publiés par d'autres auteurs sont propriété des respectifs auteurs
  • site web, graphisme et template
  • @ Amnis Garage
  • Amnis Garage
  • réalisé par Andrea, Barbara, Evaristo, Federica, Max



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies
pour améliorer votre navigation et votre expérience du site et pour réaliser des statistiques de visites.