Ligue reconnue d'utilité publique. Fondé par Mademoiselle Sophie Niess en 1913
Sensibiliser au lieu de sanctionner !
Suite à l'article paru cet été dans le 24 Heures, on apprend que la commune de Pully a décidé d'interdire aux habitants de nourrir les renards, et de les verbaliser les cas échéant. Cette mesure a été prise afin de limiter les risques de transmission d'une maladie appelée l'Echinococcose.
 


Mais ces mesures sont-elles justifiées ? Quels sont les risques réels pour l'Homme ? La sensibilisation des populations ne serait-elle pas plus productive que la répression ?
L'échinoco quoi ?
L'échinococcose est une maladie parasitaire provoquée par un vers plat, qui vit dans le tube digestif de carnivores (comme les renards, les chiens ou parfois même les chats) et qui relarguent des œufs dans l'environnement via leurs matières fécales (et non via les urines !). Ces œufs peuvent ensuite être ingérés par des petits rongeurs (campagnols, souris, mulots, ...) chez qui les larves vont venir coloniser le foie. Puis un nouveau carnivore ingère le rongeur contaminé, et le cycle du parasite se répète alors de manière continue, sans provoquer aucun symptôme chez les carnivores.  Ainsi, environ 80% des renards sont infestés en Europe centrale.
Si ce parasite est tant redouté, c'est qu'il peut atteindre l'Homme lorsque celui-ci ingère des aliments poussant à ras le sol (baies, salades,…) et contaminés par ces œufs de parasites. Tout comme chez le rongeur, la larve va gagner le foie de l'Homme, où elle va se développer très lentement (pendant 10-15 ans) et provoquer une maladie grave, parfois mortelle, l'échinococcose alvéolaire. 

Alors nos craintes sont-elles justifiées ? Oui, mais…
Pour être contaminé, le renard doit forcément manger de nombreux rongeurs, dont certains doivent être porteurs du parasite. Or, en milieu urbain, les renards se nourrissent principalement de la nourriture d'origine humaine.
De plus, les études du Pr. Deplazes ont démontré que le campagnol terrestre, qui représente l'espèce de rongeur la plus contaminée (9% en moyenne) ne possède que très peu d'habitats favorables à leur survie en milieu urbain. Ainsi, malgré une densité de plus en plus importante des renards en ville, la transmission du parasite, dans ce « milieu hostile », ne semble pas progresser.
A ce jour, aucune augmentation de l'échinococcose alvéolaire n'a été constatée dans la population, le nombre de nouveaux cas annoncés chaque année en Suisse étant stable (entre 7 et 12) depuis 35 ans. La nécessité de mesures concrètes n'est donc pas établie pour l'instant, mais il reste important de suivre constamment la situation, notamment à cause du décalage existant entre l'infection et le développement de la maladie (jusqu'à 15 ans).

Et pourquoi ne pas traiter plutôt que d'amender ?
En effet, tout comme les campagnes de vaccination contre la rage qui ont été un succès dans les populations de renards, pourquoi ne pas envisager des campagnes de vermifugation des renards ?
Les équipes du Pr. Deplazes ont en effet prouvés l'efficacité des vermifuges injectés dans les appâts. Ces travaux, réalisés en périphérie de la ville de Zurich, ont permis une baisse considérable du nombre de crottes de renards infestées (38-66% à 1,8-5,5%). Leur méthode semble donc applicable avec succès, mais sa mise en œuvre reste une décision politique…autant dire qu'elle n'est pas pour demain.

Reste les mesures préventives !
Au même titre que les renards, il est en effet essentiel de vermifuger régulièrement vos chiens et vos chats, surtout si ceux-ci chassent et consomment des rongeurs.  
Ne consommez pas de végétaux ou fruits des bois qui se trouvent à moins de 30cm du sol.
Laver soigneusement les fruits et légumes crus de vos jardins, et ramasser les crottes de renard dans un plastique pour les jeter aux ordures (pas dans le compost).

M.L.

Commentaires


Invitez les amis à visiter notre site web, partagez les liens et les articles sur les réseaux sociaux, utilisez les boutons "J'aime" et "G+1" !
Aidez-nous à faire connaître nos activités et notre engagement !

Placements Urgents

IMAGE

Lily et Mila

Dû a de graves problèmes d’asthme d’une petite fille depuis sa naissance, sa famille se voit contrainte de chercher un nouveau foyer pour ses...

Je cherche une famille...

IMAGE

Loulou

Il a vécu les 3 premières années de sa vie dans un studio. Trop souvent seul. Il passait ses journées à tourner en...

IMAGE

Bonny

Une bonne fée veillait décidément sur Bonny au moment de sa naissance, car il s’en est fallu de peu pour qu’elle ne puisse jamais développer...

logoLigue Vaudoise pour la Défense des Animaux et contre la Vivisection
pour la défense des animaux exploités et maltraités

adresse :
Ch. De la Grangette 171
La Croix-sur-Lutry
CH-1090 Suisse
 
contact :
tel. (+41) 021 791 20 36
info [@] defense-animaux.ch

module de contact

 
horaires :
ouvert tous les jours
de 15h00 à 19h00
 
les images et le contenu des articles mentionnés ou publiés par d'autres auteurs sont propriété des respectifs auteurs
  • site web, graphisme et template
  • @ Amnis Garage
  • Amnis Garage
  • réalisé par Andrea, Barbara, Evaristo, Federica, Max



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies
pour améliorer votre navigation et votre expérience du site et pour réaliser des statistiques de visites.